Comment conserver l’énergie renouvelable ?

Souvent, les sources d’énergie renouvelable permettent de produire un surplus d’électricité. Pour le conserver, la technologie power-to-gas consiste à changer cette électricité en hydrogène grâce à l’électrolyse de l’eau. L’hydrogène obtenu sera ensuite modifié en méthane via une réaction avec du CO2. D’après une récente recherche de l’Institut d’écologie appliquée de Fribourg-en-Brisgau (Bade-Wurtemberg), cette solution ne permet pas de limiter la concentration de CO2 dans l’atmosphère. Plus encore, d’importantes pertes de conversions d’énergie font de cette méthode un risque financier pour les utilisations à grande échelle.

energie-renouvelable
Souvent, les sources d’énergie renouvelable permettent de produire un surplus d’électricité. Pour le conserver, la technologie power-to-gas consiste à changer cette électricité en hydrogène grâce à l’électrolyse de l’eau. L’hydrogène obtenu sera ensuite modifié en méthane via une réaction avec du CO2. D’après une récente recherche de l’Institut d’écologie appliquée de Fribourg-en-Brisgau (Bade-Wurtemberg), cette solution ne permet pas de limiter la concentration de CO2 dans l’atmosphère. Plus encore, d’importantes pertes de conversions d’énergie font de cette méthode un risque financier pour les utilisations à grande échelle.

Exploitations de l’énergie produite

En tant que vecteur d’énergie chimique, le méthane obtenu grâce au power-to-gas est exploité en tant que gaz naturel dans le processus de production d’énergie thermique afin de faire marcher certains véhicules ou être changé en énergie électrique si besoin est. Lors de ces étapes, les scientifiques ont observé le même taux de CO2 émis lors de la réaction de méthanisation. Parmi les auteurs de l’étude, Lukas Emele, chercheur à l’Institut d’écologie, revient sur l’hypothèse visant à affirmer que le power-to-gas permet de diminuer le taux des émissions de gaz à effet de serre durant les procédés industriels ou dans les centrales électriques fonctionnant au charbon. D’après l’expert, ces émissions se retrouvent toujours dans l’atmosphère même si elles ont été détournées. Le mieux serait de se limiter aux atouts des procédés industriels consommateurs d’énergie et gros émetteurs pour réduire au maximum et de façon durable les émissions de CO2.

Solutions pour limiter les pertes d’énergie

À l’heure actuelle, la perte d’énergie s’élève à 30 % dans le power-to-glass. Et ce taux atteint les 50 % lors que le méthane est exploité en tant que carburant. Pour réduire les pertes, l’étude scientifique conseille l’utilisation de l’hydrogène synthétique dans l’industrie chimique. Et pour ce qui est de l’introduction accélérée et à grande échelle du Power-to-gas, les experts misent essentiellement sur le développement de centrales de stockage d’énergie à air comprimé (il existe déjà actuellement divers systèmes de stockages), ainsi que les autres options de stockage comme les batteries.

Gibee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *