La vignette Crit’Air : c’est quoi ?

Aujourd’hui, la vignette « Crit’Air » – également appelée certificat de qualité de l’air – est devenue une réalité. L’arrêté du 21 juin 2016 établit d’ailleurs la nomenclature des véhicules classés en fonction de leur niveau d'émission de polluants atmosphériques en application de l'article R. 318-2 du Code de la route. Cette vignette est obligatoire pour identifier les véhicules autorisés à rouler en cas de pic de pollution, mais aussi pouvant circuler et/ou stationner dans les zones de circulation restreintes. Gros plan sur une vignette qui a pour objectif de réguler la circulation des voitures les plus polluantes. 

La vignette Crit’Air

Apposée de manière visible sur le pare-brise de tous les véhicules à moteur, la vignette Crit’Air est fonction du type de véhicule, de sa motorisation et de la norme européenne d’émissions de polluants qu’il respecteIl existe ainsi six classes de pastille : la pastille verte, la Crit’Air « 1 », la Crit’Air « 2 », la Crit’Air « 3 », la Crit’Air « 4 » et la Crit’Air « 5 ». Une fois la vignette Crit’Air acquise d'un clic, elle est valable pendant toute la durée de vie du véhicule, et ce, partout en France.

Les véhicules concernés par le dispositif

Tous les véhicules sont concernés par la vignette Crit’Air. Il existe cependant des exceptions. En effet, les véhicules destinés aux personnes à mobilité réduite, les utilitaires légers mis en circulation avant le 1er octobre 1997, les poids lourds, les bus et les autocars mis en circulation avant le 1er octobre 2001, les deux roues mis en circulation avant le 1er juin 2000, mais aussi les camions de déménagement, les camions frigorifiques, citernes et d’approvisionnements des marchés parisiens, les véhicules d’urgence – pompiers, police et ambulances en l’occurrence – ainsi que les véhicules de collection sont exclus du dispositif. 

A lire :  Comment devenir des bons parents ?

Les villes où la vignette est obligatoire

Si la classification est identique sur tout le territoire français, les avantages et les restrictions dépendent de chaque commune où le dispositif a été mis en place. Et, pour cause, les règles ne sont pas les mêmes d'une ville à l'autre. Mieux vaut dès lors, se rapprocher de chacune d’entre elles pour en connaître les usages. Aujourd’hui, elle a été mise en place sur Paris, Lyon et Villeurbanne, Grenoble et sa métropole, Lille et sa métropole, Strasbourg et sa métropole et Toulouse pour le moment. Il convient de rester alerte, car ce dispositif tend à s’étendre sur d’autres collectivités territoriales à l’image de Rennes au 1er octobre 2018.

Les sanctions de la vignette Crit’Air

D’un montant dérisoire – 3.11 euros auxquels s’ajoute le prix de l’envoi postal – au regard de l’amende qui plane sur les contrevenants, mieux vaut s’en acquitter. En effet, l’absence de vignette, l’utilisation d’une vignette pollution illisible, ne correspondant pas au véhicule, posée de manière non visible sur le pare-brise ou encore la possession d’une fausse vignette entraîne une sanction. Le montant de l'amende est ainsi fixé à 68 euros pour les voitures particulières et autres véhicules, à 135 euros pour les poids lourds, les autocars et les bus. En l’absence de règlement dans le délai imparti, les contraventions sont majorées respectivement à 180 euros et 375 euros !